DIFFÉRENTE

Je me suis toujours sentie  mûre pour mon âge. Différente des autres enfants, comme si j’étais née sans insouciance et préoccupée par les problèmes d’adultes. Il faut dire que j’ai été confrontée à la mort dès ma conception. Ma mère venait de perdre son premier enfant qui avait deux mois et demi. Je suis née dix mois après son décès. Cela faisait très peu de temps que ce petit garçon, mon frère, avait laissé la chaleur du ventre de maman lorsque j’y ai pris place. Aussi loin que  ma mémoire me laisse aller ( entre deux et trois ans), je me souviens que ma mère était en deuil, même si mon arrivée dans ce monde a été pour elle un grand bonheur.

J’avais à peine deux ans lorsque les premiers attentats ont éclaté en Algérie et j’ai vécu mon premier déménagement. Nous vivions heureux à la campagne, et nous avons dû aller nous installer en ville, à Rio-Salado ! Enfin c’était plutôt un village, magnifique, traversé par une route bordée de palmiers. J’y suis restée jusqu’à mon départ pour la France.

La guerre était donc déclarée, et je garde le souvenir de longs convois  militaires qui traversaient Rio. Émeutes, bombes, couvre-feu, tirs,  les bruits résonnent encore en moi.

J’étais à l’affût de toute information.  Au cours des repas de famille, les adultes parlaient entre eux et les enfants chahutaient en profitant du sérieux des grands pour se défouler. Quand l’un d’eux essayait de me solliciter je le repoussait du coude en lui disant « tais toi j’écoute ». Je saisissais la gravité des événements.  j’y apprenais qu’untel était pris en otage, un autre décédé, d’un côté comme de l’autre. Lorsque les parents se rendaient compte que j’écoutais, ils changeaient de langue. Ils commençaient leurs conversations en français, continuaient en espagnol pour finir en arabe. Cela m’a permis de comprendre les trois langues et même aujourd’hui je n’ai rien oublié. Depuis ma naissance j’ai été confrontée aux problèmes d’adultes et j’y étais sensible. J’ai toujours gardé le souci des autres. Ce trait de caractère je le dois en partie à ma mère, et j’en suis reconnaissante.IMG_2573

Rio-Salado place du village. J’habitais tout près. Je traversais cette place tous les jours, pour me rendre à l’école.

Répondre

Choisissez une méthode de connexion pour poster votre commentaire:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s